Energies Tournefeuillaises

Pour une véritable démocratie directe locale

Les Tournefeuillais doivent décider par eux-mêmes de ce que doit être leur cité

A chaque jour suffit sa peine!

"L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. Car, aujourd'hui comme autrefois, chacun, un peu plus, un peu moins, voudrait bien profiter du travail d'autrui. Ce sentiment, on n'ose l'afficher, on se le dissimule à soi-même; et alors que fait-on? On imagine un intermédiaire, on s'adresse à l'État, et chaque classe tour à tour vient lui dire: « Vous qui pouvez prendre loyalement, honnêtement, prenez au public, et nous partagerons."

 

« L’État, ce n’est ou ce ne devrait être autre chose que la force commune instituée, non pour être entre tous les citoyens un instrument d’oppression et de spoliation réciproque, mais, au contraire, pour garantir à chacun le sien, et faire régner la justice et la sécurité. »

 

Frédéric Bastiat (Homme politique - 1801-1850)

 

La commune n'est ni plus ni moins qu'une partie de l'Etat. Cependant avec la décentralisation, l'élu local s'est érigé en chef d'entreprise en s'appropriant des pouvoirs sans pratiquement aucun contre-pouvoir...


 Il parait que l'on est élu pour faire des choses. Or, être libéral, c'est savoir parfois ne pas faire, et c'est très difficile de faire comprendre à vos collègues qu'il est bon de moins faire. Résister à la pression des corporations est difficile mais indispensable. Les conflits d'intérêts sont légion tout comme l'abus de biens publics, délit qui nest pas encore créé, et pour cause... puisque les élus s'estiment au dessus des lois... et qu'ils agissent soi-disant dans l'intérêt général...

 

Etre libéral, c'est un rôle de résistance à toute forme de dérive bureaucratique, à la pression des corporatismes et au clientélisme, c'est-à-dire à l'achat des voix sur le marché politique. Il est nécessaire d'avoir des convictions très profondes sinon la logique des choses fait que vous devenez interventionniste presque de manière inconsciente. Toute action dans un sens apporte un arbitraire et une distorsion à la liberté de concurrence.

 

Par exemple, une commune qui posséde ou gère directement ou indirectement des logements ou s'immisce dans leur réalisation ne fait que privilégier certains ou détriment d'autres.  En matière d'emplois, on peut se poser la question de savoir si elle est la plus à même d'employer des cuisiniers ou des jardiniers ? Ceci pose d'ailleurs l'intérêt d'attribuer un statut de fonctionnaire territorial sur ce type d'emploi. Là encore, c'est le clientèlisme qui domine. Est-ce son rôle que de posséder des cuisines ou des équipements de jardinage ?

 

Que peut alors faire un élu ? Un élu devrait être là pour faciliter la vie de tous les jours... Or à force de règlements incompréhensibles pour le commun des mortels qui alimentent l'administration, cela réduit l'activité économique : il ne fait aucun doute que plus la dépense publique est élevée, plus faible est la croissance... et plus se réduit le pouvoir d'achat des citoyens... et celui des "vrais" fonctionnaires.


Patrick AUBIN

Conseiller Municipal Tournefeuille

Service facile et gratuit

Je crée mon site